03 septembre 2018

Sébastien Lecornu a été “très fier de bosser avec Nicolas Hulot”

Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, a salué au micro d’Audrey Crespo-Mara sur Europe 1 l’action conduite par Nicolas Hulot, qui a quitté mardi le gouvernement.

INTERVIEW

Les mots ne sont pas tendres. “Mentalement et intellectuellement, Nicolas Hulot n’était pas préparé”, a estimé samedi Sébastien Lecornu à propos de son ministre de tutelle, qui a quitté mardi le navire gouvernemental. Interrogé lundi par Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, le secrétaire d’Etat à la Transition écologique a toutefois voulu rappeler sa sympathie pour l’ancien animateur. “Le temps est là pour crée une véritable amitié, une véritable complicité. J’étais très fier de bosser avec lui”, a-t-il confié, expliquant avoir eu après la démission de celui-ci “une conversation de fond, plutôt intellectuelle, pas du tout politique, sur le sens de l’action.”

Un futur ministre ? La dépar surprise de Nicolas Hulot oblige désormais le gouvernement à lui trouver rapidement un remplaçant. L’exécutif a promis que ses troupes seraient de nouveau au complet d’ici mardi. Alors que Daniel Cohn-Bendit a mis fin dimanche aux rumeurs qui l’annonçait déjà au ministère de la Transition écologique, la liste des prétendants potentiels reste ouverte. Sébastien Lecornu a toutefois refusé de dire s’il en faisait partie ou non. “La composition d’un gouvernement appartient au président de la République et au Premier ministre”, s’est-il contenté de rappeler, glissant toutefois : “Je suis heureux de faire ce que je fais aujourd’hui”.

Une tâche ardue. Le benjamin du gouvernement a conscience de la difficulté de la tâche qui attend le futur locataire de l’hôtel de Roquelaure. “[Nicolas Hulot] me confiait cette phrase : c’est une chose que d’arriver à éveiller les consciences et à lancer des alertes, s’en est une autre de transformer cela en politiques publiques”, relate-t-il. “La transformation d’un pays c’est quelque chose de difficile, ça prend du temps, parfois il y a de la frustration à cela”, avoue-t-il.