22 mai 2018

Europe Matin
Souffrance animale : la présidente de la FNSEA “veut bien que Sophie Marceau se découvre une passion pour les poules, mais…”

Pour Christiane Lambert, les images de maltraitance animale dont l’actrice s’est fait le relais ne représentent qu’une minorité des élevages.

C’est un nouveau cri d’alarme, lancé cette fois par Sophie Marceau. Dans une vidéo, l’actrice dénonce la maltraitance animale dans les élevages intensifs, avec à l’appui des images chocs captées par l’association L214 dans un élevage de poules pondeuses des Côtes-d’Armor. La FNSEA, principal syndicat agricole, a aussitôt réagi en dénonçant par la voix de son vice-président, Etienne Gangneron, une méthode de communication “délétère”. Celui-ci a notamment estimé dans un tweet que les élevages ciblés par l’association “ne représentent que 0,5% du secteur”. “Ces images-là sont-elles acceptables ? Non. Sont-elles la majorité ? Non”, a également relevé Christiane Lambert, Présidente de la FNSEA, mardi au micro de la matinale d’Europe 1.

“Je veux bien que Sophie Marceau se découvre une passion pour les poules, c’est bien que les gens se passionnent pour ce sujet-là, mais regardons quelques réalités d’éleveurs. J’ai envie de l’inviter à venir visiter un élevage”, a taclé la syndicaliste. “Ces images existent, mais elles représentent une à deux minutes sur 60 minutes de films”, insiste-t-elle.

“Il y a, de la part des associations de protection animale et des anti-viande – c’est le cas de L214 -, un militantisme radicalisé”, estime surtout Christiane Lambert. “Aujourd’hui, c’est l’anti-viande qui prend la pas sur le bien-être animal. Leur finalité, c’est l’arrêt de l’élevage, libérer les animaux et vider les abattoirs. C’est une autre société !”, relève-t-elle.