20 décembre 2018

8h15 - L'interview politique d'Audrey Crespo-Mara
Taxation du loto du patrimoine : “J’ai eu Stéphane Bern, les choses s’apaisent”, assure Franck Riester

 

Au micro d’Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1, le ministre de la Culture a assuré que l’Etat ne s’enrichissait pas sur la générosité des Français.

INTERVIEW

Stéphane Bern, chargé par Emmanuel Macron d’une mission sur le patrimoine, s’est indigné d’un amendement adopté par l’Assemblée nationale, rétablissant la taxation du loto du patrimoine. “J’ai eu Stéphane Bern, les choses s’apaisent”, a confié jeudi au micro d’Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1, Franck Riester, le ministre de la Culture. “J’ai été député pendant plus de 11 ans et chaque année, lors de la discussion du projet de loi de finances, il y a des incompréhensions, des débats, des polémiques”, veut-il relativiser.

“L’Assemblée nationale fait tout pour torpiller le Loto du patrimoine à la demande du rapporteur Joël Giraud et le soutien des députés LREM ! Je me battrai pour sauver notre patrimoine en danger contre tous ces technocrates”, s’est agacé l’animateur de France 2 dans un tweet. 

Une taxe compensée par le gouvernement. “C’est une question de tuyauterie budgétaire”, explique de son côté Franck Riester. “En 2018 il y a eu un formidable engouement des Français autour du loto du patrimoine, il a généré presque 22 millions d’euros. L’Etat a décidé d’accompagner ce succès à hauteur de 21 millions d’euros”, poursuit-il, assurant que la taxation du loto ne permet pas au gouvernement de s’enrichir. “C’est la législation de la loterie nationale qui est comme ça. Les taxes générées en 2018 représentent 14 millions d’euros. L’Etat met donc plus que ce qu’il a collecté à travers le dispositif fiscal du loto du patrimoine.”

“Le gouvernement se tire une balle dans le pied.” Franck Riester estime qu’une modification du dispositif aurait des conséquences directes sur les autres loteries. Stéphane Bern, toutefois, continue de dénoncer un système ubuesque. “Le gouvernement se tire une balle dans le pied. Le ministre annonce qu’il va me suivre avec une enveloppe compensatoire. Ça revient à dire que l’Etat va prendre dans une poche et redistribuer d’une autre poche”, a-t-il déploré auprès d’Europe 1.

“Peu importe la tuyauterie budgétaire, ce qui compte c’est l’efficacité”, balaye Franck Riester. “L’Etat ne se met rien dans la poche, au contraire il accompagne le mouvement”, fait-il valoir. Il assure par ailleurs entretenir de bonnes relations avec l’animateur. “Je travaille très bien avec Stéphane Bern. On s’est vu cette semaine et on ira ensemble sur le terrain voir les premières restaurations commencées, et j’espère qu’en 2019 on relancera le loto du patrimoine”, conclut-il.