5 septembre 2019

7h40 - L'interview de Matthieu Belliard
Tunisie : l’épouse du candidat Nabil Karoui “accuse” le gouvernement d’être à l’origine de l’arrestation de son mari

À dix jours du premier tour de la présidentielle en Tunisie, Nabil Karoui, l’un des favoris, est emprisonné après avoir été inculpé pour “blanchiment d’argent”. Son épouse accuse sur Europe 1 le pouvoir en place d’instrumentaliser la justice.
INTERVIEW

La confusion règne toujours autour de la présidentielle en Tunisie, prévue le 15 septembre et organisée dans la précipitation après la mort du président Béji Caïd Essebsi, le 25 juillet. À dix jours du premier tour du scrutin, l’un des principaux candidats, Nabil Karoui, est toujours en prison depuis son arrestation le 23 août, après avoir été inculpé pour “blanchiment d’argent”. Une situation qui a fait monter la tension dans le pays et a nourri des accusations d’instrumentalisation de la justice.

Invitée jeudi d’Europe 1, l’épouse du candidat, Salwa Smaoui, accuse elle directement le chef du gouvernement Youssef Chahed d’être à l’origine de cette arrestation. “Les gens qui sont au pouvoir aujourd’hui, je les porte responsables de l’arrestation de mon mari”, affirme-t-elle. 

Nabil Karoui, “debout comme un lion”
 

Au micro de Matthieu Belliard, Salwa Smaoui rassure d’entrée : son mari, qu’elle ne peut voir qu’une fois par semaine, “va super bien”. “Il est debout, comme un lion. Il continue de gérer sa campagne (…) croit toujours en sa cause, mais avec un énorme sentiment d’injustice”, décrit-elle.

 Mon mari est en prison alors qu’il n’y a eu aucun jugement par aucune instance judiciaire 

Nabil Karoui, homme d’affaires, était depuis trois ans sous le coup d’une enquête pour blanchiment d’argent, après le dépôt par l’ONG anticorruption I-Watch d’un dossier l’accusant de fraude fiscale. Mais Salwa Smaoui estime que la justice est utilisée pour “le condamner”.

“Mon mari est en prison alors qu’il n’y a eu aucun jugement par aucune instance judiciaire”, déplore-t-elle. “Après les enquêtes, mon mari est sorti libre parce qu’on ne trouvait aucune preuve”, ajoute-t-elle, regrettant qu’on ait “enlevé” à Nabil Karoui sa présomption d’innocence. “On ne peut pas laisser des choses comme ça au vu et au su de tout le monde”, s’insurge-t-elle. “La justice est primordiale. (…) Personne n’a le droit de faire ça à ses citoyens.”

“Mon mari subissait énormément de harcèlement”

Et pour Salwa Smaoui, les responsables de l’arrestation de son mari sont connus : le Premier ministre Youssef Chahed et son gouvernement. “Oui, je l’accuse”, assume-t-elle à propos de Youssef Chahed. Et de poursuivre : “Les gens qui sont au pouvoir aujourd’hui, je les porte responsables de l’arrestation de mon mari.” 

“Mon mari s’attendait au pire. Il subissait énormément de harcèlement depuis six mois (…) et finalement on a utilisé le moyen de la prison”, regrette-t-elle, rappelant que le gouvernement avait déjà présenté une loi permettant d’éliminer Nabil Karoui de la course. Un amendement qui n’avait finalement pas été été promulgué. “On n’arrivait pas à l’éliminer par la loi (…) du coup ils ont eu recours à la justice et à l’enfermement dans une prison”.