05 septembre 2018

8h15 - L'interview politique 
Valérie Pécresse répond à Laurent Wauquiez : “Je n’aime pas que l’on me mette au défi”

À Laurent Wauquiez, qui l’accuse indirectement d’œuvrer contre le rassemblement de sa famille politique, Valérie Pécresse répond mercredi au micro d’Europe 1 qu’elle veut “tendre la main” aux ténors qui se sont éloignés de LR.

INTERVIEW

Entre eux rien ne va plus. Au bout de neuf mois, la ligne suivie par Laurent Wauquiez à la tête des Républicains reste sujette à de très nombreuses critiques, au point de pousser plusieurs ténors de la droite à prendre leur distance avec le président du parti. Valérie Pécresse, qui a déjà eu l’occasion de dénoncer les “impasses” du populisme, a ainsi fait sa rentrée politique deux jours avant celle du leader LR. Fin août, elle s’affichait à Chalons-en-Champagne avec le président de région Xavier Bertrand et Jean Rottner, comme pour montrer qu’une alternative à droite existe. “Ceux qui pratiquent la division devraient méditer cela : à force de ne pas monter dans le train, on risque de rester à quai”, a taclé Laurent Wauquiez sans la nommer.

Une mise au défi. Une forme de menace qu’a peu goûtée l’ancienne ministre du Budget. “Je suis une spécialiste des trains, je gère tous ceux de l’Île-de-France […], donc je pense que pour ce qui est de monter dans le train, je sais faire”, a-t-elle ironisé mercredi, au micro d’Audrey Crespo-Mara sur Europe 1. “Ça ne m’impressionne pas plus que ça. Je suis une femme, je n’aime pas que l’on me mette au défi et que l’on sous-estime les femmes”, ajoute-t-elle. L’élue assure encore que ce type de déclaration à son égard “l’aiguillonne” et lui donne “de l’énergie”.

“On sera ensemble”. Si elle ne nie pas vouloir “infléchir la ligne de [s]a famille politique”, elle assure ne pas vouloir s’éloigner des Républicains pour autant. “Je pèse sur la ligne politique de mon parti de l’intérieur”, affirme-t-elle. Concernant sa rencontre avec Xavier Bertrand, qui a annoncé son départ du parti en décembre, Valérie Pécresse explique préparer la réunion des forces de droite, en vue de construire l’alternance à Emmanuel Macron. “Le sujet c’est d’abord de montrer que l’on peut se rassembler, et qu’à ceux qui sont partis des Républicains, comme Xavier Bertrand, on leur tend la main et, le moment venu, on sera ensemble”, plaide-t-elle.