25 mai 2021

18h-20h - Europe Soir - Julian Bugier
Avion détourné par la Biélorussie : l’implication de la Russie “est une évidence”


Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo

 
La Biélorussie a détourné dimanche un avion de la compagnie aérienne Ryanair qui reliait la Grèce à la Lituanie afin d’arrêter un des opposants à son régime. Pour la chercheuse Marie Mendras, “c’est une évidence” que la Russie ait donné son aval à la réalisation d’une telle opération, comme elle l’affirme lundi sur Europe 1.
INTERVIEW

La Biélorussie a intercepté dimanche un vol Ryanair à bord duquel se trouvait un opposant au régime de Minsk avant de procéder à son arrestation. Invitée lundi sur Europe 1, Marie Mendras, chercheuse au CNRS, professeure à Science Po et spécialiste des pays de l’est de l’Europe, a affirmé que l’approbation de la Russie pour que cette opération ait été menée était “une évidence”. “Pas une seconde” il n’est possible de penser le contraire, a-t-elle ajouté.

Des réactions russes troublantes

Pour la chercheuse, l’une des preuves de cette collusion se trouve dans “les réactions officielles russes et les réactions des médias poutiniens en Russie”. “Ils félicitent Loukachenko (le dirigeant biélorusse très contesté, ndlr) pour une opération spéciale très réussie”, a constaté Marie Mendras qui regrette “cette capacité à jouer de la dérision pour se féliciter de l’action d’un dictateur avec lequel on est allié”.

Marie Mendras s’étonne également de la présence probable de citoyens russes dans l’avion qui se seraient volatilisés après l’atterrissage de l’avion à Minsk, la capitale de la Biélorussie. “Il y avait à bord quatre personnes avec un passeport russe dont l’amie de Roman Protassevitch, Sofia Sapéga, qui a aussi été emprisonnée à l’arrivée à Minsk”, raconte la professeure. “Et il y en avait trois autres dont on a plus la trace parce qu’ils ne sont pas remontés pour terminer le vol jusqu’à Vilnius !”

“Nous avons aujourd’hui en Europe non pas un dictateur mais bien deux”

Pour Marie Mendras, l’enseignement a tiré de cet événement est clair. “Nous avons aujourd’hui en Europe non pas un dictateur avec Loukachenko, mais bien deux, le deuxième étant Vladimir Poutine”, le président russe, a-t-elle conclu.