16 avril 2020

Comment France 3 s’adapte et tire profit du confinement

D’après le dernier Baromètre IFOP de janvier-février, 78% des téléspectateurs ont confiance en l’information régionale de France 3 devant toutes les autres chaînes généralistes, d’informations et sites d’information. “Ça nous honore et cela nous oblige aussi”, indique sur Europe 1, Laurence Mayerfeld, directrice du réseau régional de France 3.
INTERVIEW

Rester chez soi, et chercher l’information de proximité. France 3 et ses éditions régionales sont les journaux télévisés qui inspirent le plus confiance en cette période de confinement. D’après le dernier Baromètre IFOP de janvier-février, 78% des téléspectateurs ont confiance en l’information régionale de France 3 devant toutes les autres chaînes généralistes, d’informations et les sites d’informations. Et côté audience, les nouvelles sont aussi bonnes. 

“Le journal de midi a gagné par exemple 500.000 téléspectateurs, celui du soir 800.000. Et on est à 100 millions de visites sur les pages web régionales pour le mois de mars”, précise sur Europe 1, Laurence Mayerfeld, directrice du réseau régional de France 3.

“France 3, c’est le miroir des régions”

Sur les pages régionales, l’audience a triplé. “Ça nous honore et cela nous oblige aussi, cette information doit continuer à être fiable, précise, ancrée dans la proximité puisque c’est l’attente des publics de France 3”, se réjouit la directrice du réseau régional. C’est la troisième année consécutive que France 3 est en tête du baromètre de confiance.  “France 3 c’est le miroir des régions, des territoires”, assure Laurence Mayerfeld. “C’est à la fois une information qui peut être politique, économique, sociale comme on l’a un peu partout mais régionalisée, et les histoires du coin de la rue.”

Pour s’adapter à la crise sanitaire et aux mesures de confinement, le réseau France 3 région a adapté son offre. “D’habitude, c’est 48 éditions par jour, plus les éditions locales c’est-à-dire 13 éditions supplémentaires. Aujourd’hui on a 22 éditions par jour”, détaille Laurence Mayerfeld. Sur le territoire, les antennes ont été mutualisées pour des éditions “grandes régions”. “On a dû regrouper pour faire cohabiter deux exigences : la sécurité et informer” ajoute-t-elle.

“Une solution que nous avons trouvée, c’est que les régions avec plusieurs antennes ne fassent fonctionner qu’une seule régie, ce qui permettait de mettre à l’abri les autres personnels. En plus, cela tourne donc ce n’est pas toujours les mêmes qui travaillent”. Les émissions hors journaux télévisés en plateau ont également été arrêté pour protéger les reporters et les invités. 

Les formats s’adaptent, se réinventent

Si la forme des programmes s’est adaptée à la crise sanitaire, le fond aussi. L’émission “Ensemble c’est mieux”, diffusée du lundi au vendredi, à 10h50 a adopté un format confiné. Traditionnellement déclinée dans chaque région, une émission unique présentée depuis chez lui par Thibaut Rysman est désormais diffusée sur l’ensemble du territoire. Et les équipes locales animent quotidiennement les pages Facebook “Ensemble contre le virus”, avec des informations de proximité et pratiques.

Le présentateur interagit avec les animateurs locaux, Carinne Teyssandier, de France 3 Rhône-Alpes, Marine Barnerias du Magazine Littoral ou encore Anne-Sophie Roquette de France 3 Nord Pas-de-Calais. “Il n’y a pas d’équipes techniques, chacun se filme avec ses propres moyens et c’est monté et réalisé sur un même lieu, qui n’est pas au sein de l’entreprise”, précise Laurence Mayerfeld. 

Le retour de “La dictée” et le “Concert des confinés”

Les déclinaisons régionales continuent de cultiver leurs spécificités locales. En Bretagne, par exemple c’est opéra tous les jeudi à 18 heures en partenariat avec l’Opéra de Rennes, et soirée celtique à 20h30 en direct sur Facebook avec le Festival Interceltique de Lorient. En Corse, l’émission “Casa Musica” présentée par l’animatrice et chanteuse Francine Massiani, permet d’entendre des live d’artistes locaux mais aussi  Thomas Dutronc ou Tao-by. 

France 3 a programmé deux nouveaux formats pour la suite du confinement événement. “Le concert des confinés”, le 22 avril à 23h30 avec Michel Jonasz, Dave, Yael Naïm, Julie Zenatti, Selah Sue et Cali. “Vous verrez des gens qui se filment, qui chantent ensemble”, se réjouit Laurence Mayerfeld. Enfin, un rendez-vous attendu : “La dictée”, de retour à l’antenne le 6 mai, à 13h45 présentée par Marie-Sophie Lacarrau et Alex Goude. “On s’est agrippé à un triptyque : informer, aider et divertir”, résume la directrice du réseau régional.