04 novembre 2020

9h - 11h - Europe 1 Culture Médias - Philippe Vandel
Comment Maxime Chattam s’est inspiré de “Shining” et de sa renccontre avec Stephen King

L’écrivain à succès Maxime Chattam publie “L’illusion”, un roman qui rappellera aux lecteurs “Shining”, le mythique roman d’épouvante de Stephen King. Invité de “Cutlure Médias”, le Français explique les liens qu’il entretient avec le romancier américain.
INTERVIEW

Maxime Chattam craignait la comparaison avec Shining, il a décidé d’en faire l’un des points forts de son nouveau roman. Dans L’illusion, l’écrivain français a choisi pour lui de son intrigue une inquiétante station de ski déserte, qui rappelle le roman d’épouvante de Stephen King. Maxime Chattam explique au micro de Philippe Vandel comment il a joué avec l’œuvre de l’auteur américain, qu’il a eu la chance de rencontrer.

“Vous m’avez créé”

Stephen King a été une des idoles de l’adolescence de Maxime Chattam. “Quand j’étais lecteur, il m’a un peu sortie de mes angoisses adolescentes”, analyse Maxime Chattam. “Quand on lit des trucs horribles comme ceux qu’écrit Stephen King, on relativise l’horreur du monde dans lequel on vit. Et, plus tard, il a été l’un des auteurs qui m’a donné envie d’écrire.”

Les deux écrivains se sont rencontrés à plusieurs reprises. Le Français se rappelle avoir été très intimidé la première fois. “Je lui est dit ‘You made me’ (‘Vous m’avez créé’)”, se souvient le romancier. “Mais il m’a dit répondu ‘Non, non, personne n’est fait par quelqu’un d’autre. Tu t’es fait tout seul’. J’avais trouvé ça très gentil de sa part”.
 

“Si je vois des jumelles en robes bleues, je me barre”

C’est fort de cet échange que Maxime Chattam a décidé de situer le récit de son roman L’illusion dans un décor qui rappelle celui de Shining. “Vous dites ‘roman à suspense dans une station de ski fermée ou désaffectée’, tout le monde pense à Shining“, reconnaît l’écrivain. “J’en ai joué pour l’ambiance et la mise en place, afin de désamorcer cette comparaison et en profiter pour finalement installer ma vision”. 

Dans ce jeu avec l’œuvre de Stephen King, Maxime Chattam glisse quelques clins d’œil aux lecteurs de l’Américain. “Si je vois des jumelles en robes bleues, je me barre”, fait-il ainsi dire à son personnage principal, en référence aux deux jeunes sœurs mortes qui apparaissent dans le roman américain.

La mise en abîme est même poussée encore plus loin, quand Hugo, le personnage principal, explique qu’il aimerait écrire un roman sur cette station de ski qu’il découvre. Son interlocuteur lui répond alors : “Mais si écrit un roman ici, ça va être du Stephen King !”.