16 avril 2020

7h40-"L'invité d'actu" de Matthieu Belliard
Condamné par la justice française, Amazon contre-attaque : “Nous faisons appel”

Invité de la matinale d’Europe 1, le directeur général d’Amazon France Frédéric Duval est revenu sur la fermeture des sites du géant américain sur le territoire Français. Une décision prise après la condamnation en justice d’Amazon à limiter son activité et à évaluer le risque pour ses salariés face à la propagation du coronavirus, à laquelle l’entreprise va faire appel

INTERVIEW

“Nous faisons appel”. Amazon, dirigé par Jeff Bezos, a décidé mercredi de fermer tous ses sites français pendant cinq jours pour procéder à l’évaluation du risque pour ses salariés face à la propagation du Covid-19Une décision inédite prise après la condamnation en justice du géant américain. Au micro d’Europe 1, le directeur général d’Amazon France Frédéric Duval a réagi, affirmant que l’entreprise allait faire appel.

“Il est trop tôt aujourd’hui pour parler de réouverture”

“En dépit des investissements énormes mis en œuvre dans nos centres de distribution pour préserver la sécurité de nos salariés, la Cour de justice de Nanterre a pris un jugement qui oblige à fermer les centres de distribution en France”, regretté Frédéric affirmant qu’il “ne savait pas” si la fermeture allait durer jusqu’au 20 avril, comme cela a été annoncé mercredi. “Je ne sais pas si c’est pour cinq jours”, a-t-il dit, ajoutant “qu’il est trop tôt aujourd’hui pour parler de réouverture”. “Je le regrette et nous faisons appel”, a annoncé Frédéric Duval sur Europe 1.

“Il est important que nous appliquions la décision de justice”

“Je pense qu’il est important que nous appliquions la décision de justice qui est celle de la cour de Nanterre qui nous met sous astreinte d’une pénalité d’un million d’euros à chaque fois que nous manipulons, que nous expédions ou que nous recevons un produit qui est non-prioritaire”, rappelle Frédéric Duval.

Conséquence directe de cette décision de justice : “Nous sommes dans l’impossibilité de nous assurer qu’aucun collaborateur ne va toucher un produit considéré comme non-prioritaire”, poursuit le directeur général d’Amazon France. “Dans ces conditions-là, la seule conséquence sérieuse que nous pouvons mettre en œuvre est la fermeture des centres”. 

La fermeture des sites français d’Amazon “aura des conséquences”

S’il respecte la décision de justice, Frédéric Duval la regrette car, selon lui, la fermeture des sites français d’Amazon “des conséquences parce que notre service va être ralenti pour nos clients (…) pour des milliers de collaborateurs qui sont employés par Amazon (…) et pour  toutes les TPE et PME qui utilisent nos centres de distributions pour réaliser leur activité en France”.