31 août 2020

Coronavirus : le message rassurant d’un pédiatre à la veille de la rentrée scolaire

Invité d’Europe Soir ce lundi, à la veille de la rentrée scolaire, le pédiatre à l’hôpital intercommunal de Créteil, Robert Cohen, estime que les protocoles sanitaires scolaires sont satisfaisants. Il avance également que l’école va devoir apprendre à vivre avec le coronavirus pendant des mois. 
INTERVIEW

La dernière soirée de vacances pour plus de 12 millions d’élèves. Mais mardi, c’est à l’ombre du coronavirus que va se dérouler la rentrée scolaire. Un retour sur les bancs de l’école avec masque obligatoire pour tous dès 11 ans, lavage régulier des mains et plus généralement, respect des gestes barrières. Une situation sanitaire qui inquiète, notamment les professeurs rencontrés par Europe 1, d’autant qu’elle menace de se dégrader. Malgré tout, Robert Cohen se veut rassurant. Invité d’Europe Soir ce lundi, le pédiatre à l’hôpital intercommunal de Créteil, dans le Val-de-Marne, estiment que les “protocoles sanitaires scolaires se sont mis en place de façon assez intelligente et adaptée à la situation”. 

Professeurs et élèves vont “apprendre tous les jours de nouvelles choses” pour se protéger du virus

Pour le spécialiste la question est donc de savoir si ces mesures dictées par le ministère de l’Éducation nationale de Jean-Michel Blanquer vont pouvoir être déclinés partout. Et s’il indique ne pas avoir de garanties, il avance que professeurs et élèves vont “devoir cheminer avec ce virus pendant des mois”, et qu’ils “vont apprendre tous les jours de nouvelles choses, de nouvelles règles [pour se protéger de la Covid-19]”. 

Autre élément pointé par le spécialiste, la contamination des enfants : “Ils tombent très peu malades, moins contaminés et moins contaminants que les adultes. Un enfant sans masque à le même risque d’être contaminé qu’un adulte avec un masque.” C’est d’ailleurs pour cela que la Société française de pédiatrie, dont le docteur Robert Cohen est vice-président, a validé le port du masque obligatoire à partir de 11 ans et non 6 ans, comme l’ont demandé dans une tribune ce week-end un collectif de professionnels de santé

Le port du masque avant 11 ans n’est pas utile

Un enfant infecté porte la même dose de virus qu’un adulte mais reste moins contagieux, assure-t-il. “Le nombre d’études sur ce sujet est extrêmement important. Lorsqu’un enfant est PCR positif, le risque de contamination entre enfants ou d’enfant à adulte reste extrêmement limité.” Pour ce spécialiste, rendre obligatoire le porte du masque à cet âge serait “imposer aux enfants quelque chose qu’ils ne vont pas très bien accepter, alors que le niveau d’efficacité est égal à zéro.” Robert Cohen soutient en revanche d’autres demandes de la tribune publiée par Le Parisien, comme une meilleure aération des locaux et une plus grande distance entre les élèves dans la classe.