Coronavirus : le tocilizumab a réduit “le nombre de patients en réanimation de façon significative”

Un essai clinique mené sur 129 patients atteints d’une forme moyenne ou grave du coronavirus montre que le tocilizumab pourrait avoir des effets positifs dans certains cas. Selon le professeur Gabriel Steg, invité d’Europe 1 lundi soir, “il n’y a pas eu d’excès d’effets secondaires” constaté. 
INTERVIEW

Une nouvelle molécule à l’appui de la recherche contre le coronavirus ? Les premiers résultats d’un essai clinique mené sur 129 patients et coordonné par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) montrent lundi que le tocilizumab permet de limiter l’entrée en réanimation ou le décès. Pour le professeur Gabriel Steg, vice-président chargé de la recherche au sein de l’AP-HP et invité d’Europe 1 lundi soir, “c’est un traitement des formes les plus graves” de Covid-19.

 

Le tocilizumab est un médicament utilisé d’ordinaire pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, maladie qui occasionne une inflammation du système immunitaire. Or, entre le 8e et le 10e jour du coronavirus, le système immunitaire peut s’affoler. C’est l'”orage inflammatoire”, avec des lésions pulmonaires qui peuvent entraîner la mort. 

Méthode des essais randomisés

Les chercheurs français ont donc testé ce médicament sur 129 malades graves pour voir si cela permettait d’éviter l’étape de l'”orage immunitaire” et le passage en réanimation. “Les résultats acquis sont assez clairs et sont obtenus par la méthode des essais randomisés, c’est-à-dire par tirage au sort entre deux groupes qui sont exactement comparables au départ parce qu’ils ont été tirés au sort”, explique le Pr Gabriel Steg.