Covid-19 : pour le chef de l’OTAN, le soutien entre alliés est “la meilleure façon de contrer cette guerre de désinformation”

Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, invité d’Europe 1, est revenu sur la “guerre de désinformation” que se livrent les grandes puissances mondiales en pleine épidémie de coronavirus.
INTERVIEW

Alors que la France et le Royaume-Uni soupçonnent la Chine de n’avoir pas fait toute la lumière sur sa gestion de l’épidémie de nouveau coronavirus, le président américain accuse de son côté l’OMS d’être sous domination chinoise… Le secrétaire général de l’OTAN (organisation du traité de l’Atlantique-Nord) Jens Stoltenberg, affirme sur Europe 1 que “la meilleure arme contre la désinformation et la propagande” est le soutien entre alliés et la collecte d’informations.

“Ce travail de lutte contre la propagande, nous le faisons en collectant les faits : il faut savoir ce qui se passe et ce que font les différents pays. Notre rôle est de poser les questions difficiles, qui peuvent être des questions qui dérangent,  mais il faut disposer de tous les éléments pour être sûrs d’avoir l’information”, estime le chef de l’OTAN. “Je pense que c’est la meilleure arme que nous avons contre la désinformation et la propagande”.

“Nos alliés se soutiennent les uns les autres”

Mais plus important encore, dit-il, il faut surtout “pouvoir démontrer que nos alliés se soutiennent les uns et les autres”, car cette coopération “est la meilleure façon de contrer cette guerre de désinformation”. Il cite ainsi les Etats-Unis qui, assure-t-il, “vont donner des instructions à leurs personnels militaires déployés en Europe, pour être disponibles pour venir en assistance aux alliés de l’OTAN.”

Jens Stoltenberg donne aussi l’exemple de l’Allemagne qui a “apporté son aide en proposant des lits pour des patients venants de France, et une aide a également été consacrée à l’Espagne”, et rappelle que l’OTAN a mené un certain nombre d’opérations de transport aérien notamment, “en se servant des capacités américaines déployées en Europe pour venir en aide aux hôpitaux, pour transporter des patients, du matériel médical, des fournitures destinées aux alliés de l’OTAN”.