16 novembre 2020

INFO EUROPE 1 
Des députés LREM appellent à ouvrir les magasins pour le “Black Friday”

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron, publiée lundi et qu’Europe 1 s’est procurée, 34 députés de la majorité LREM appellent l’exécutif à ouvrir les commerces vendredi 27 novembre pour le “Black Friday”. Ils évoquent également la date du 18 décembre pour la réouverture des restaurants.

S’ils sont “bien conscients que les indicateurs sanitaires ne permettent pas un retour à la normale”, 34 députés LREM espèrent bien que la sortie du reconfinement va s’accélérer. Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron ce lundi, qu’Europe 1 s’est procurée, ils appellent ainsi à rouvrir les commerces vendredi 27 novembre, date du fameux “Black Friday”, ce jour où d’importantes promotions sont proposées. “Cela permettrait d’éviter l’afflux les jours précédents les fêtes de fin d’année”, arguent-ils. Avant de proposer d’annoncer dès le 20 novembre un protocole sanitaire strict pour une ouverture “sereine” le 27 dans les meilleures conditions possibles.

Une réouverture des restaurants le 18 décembre

Ces 34 parlementaires de la majorité estiment également judicieux de “permettre aux marchands forains non-alimentaires de vendre à nouveau sur les marchés de plein air”, afin là encore de permettre aux Français de faire des courses de Noël. “Les consommateurs auraient la capacité d’échelonner leurs achats tout le long du mois de décembre”, justifient-ils.

Ces demandes semblent pourtant avoir été déjà balayées par le Premier ministre, Jean Castex, la semaine dernière. Celui-ci a en effet répété à ce moment-là que les commerces fermés au titre du confinement “le resteront encore quinze jours supplémentaires“, et esquissé une possible réouverture “courant décembre”.

Concernant “les professionnels des métiers de la restauration”, là aussi les députés signataires demandent de caler une date de réouverture “qui pourrait être le vendredi 18 décembre, selon les évolutions des indicateurs sanitaires”. Les parlementaires estiment surtout nécessaire de communiquer “les chiffres espérés par le ministère de la Santé permettant d’envisager ces ouvertures par secteur d’activité”.