L’appel du pédiatre Robert Cohen : “Sans hésiter, remettez vos enfants à l’école !”

Invité d’Europe 1, lundi soir, le pédiatre et infectiologue Robert Cohen a rassuré les parents sur le retour des enfants à l’école, qui s’opère à partir de mardi. Selon lui, “les enfants sont beaucoup moins porteurs du virus que les adultes” et les bénéfices de la socialisation sont plus forts que les risques pour eux.
INTERVIEW

À la veille d’une rentrée d’un nouveau genre pour les écoliers, basée sur le volontariat, faut-il refuser de faire reprendre à son enfant le chemin de l’école ? Pour Robert Cohen, pédiatre et infectiologue invité du Grand journal du soir sur Europe 1, lundi, il faut comparer les “risques” et les “bénéfices” d’un retour en classe. Et selon lui, “le bénéfice de la socialisation de nos enfants et du retour à l’école est tellement plus important qu’un risque minime” de contracter le coronavirus. D’où son appel lancé aux parents : “Sans hésiter, remettez vos enfants à l’école !”

Face au coronavirus, “le risque pour les enfants est modeste, pas nul, et ils sont moins contagieux que les adultes, entre eux et pour les adultes”, affirme Robert Cohen, qui rappelle que “les études s’accumulent” pour dire que “les enfants sont beaucoup moins porteurs que les adultes”.

Les grands-parents pourraient voir leurs petits-enfants

Selon le pédiatre, il est donc nécessaire de remettre les enfants à l’école, car “les bénéfices qu’ils en tireront sont bien supérieurs” aux risques d’être contaminés par le virus, “sur tous les aspects”. C’est d’ailleurs ce qu’affirmait lundi matin sur Europe 1 Jean-Michel Blanquer : s’il n’y avait pas de retour à l’école, “les dégâts sociaux et sanitaires seraient plus importants, c’est ce que disent de nombreux pédiatres, (car) des enfants ont des problèmes alimentaires, d’autres connaissent des violences”.

Robert Cohen va plus loin : alors que le gouvernement a dissuadé les grands-parents de rendre visite à leurs petits-enfants, le pédiatre et infectiologue n’y voit pas de contre-indication. “J’ai une vraie confiance vis-à-vis de ça”, indique-t-il. “Les parents sont plus souvent porteurs que les jeunes enfants” et devraient donc, eux, éviter de rendre visite aux plus âgés.