Le patron de Fnac Darty répond aux critiques : “Les clients ont besoin de nos produits”

Alors que le confinement se prolonge et que l’économie reste bloquée par la crise sanitaire, le groupe Fnac Darty a contracté un prêt garanti par l’Etat pour assurer sa trésorerie. Enrique Martinez, directeur-général du groupe, déplore une baisse d’activité de 30% en mars. Les clients continuent néanmoins à s’équiper via les sites internet, un comportement que défend le dirigeant. 
INTERVIEW

C’est la première entreprise de cette taille à bénéficier du prêt garanti par l’Etat pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire du Covid-19. Le groupe Fnac-Darty vient de se voir accorder un prêt à hauteur de 500 millions d’euros, validé par le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, en personne. Enrique Martinez,​ Directeur Général du groupe Fnac-Darty, se veut rassurant sur Europe 1. “Le groupe avant la crise était très solide. Mais nous avons, comme beaucoup de commerçants, des besoins de liquidités dans l’année pour payer nos factures et anticiper nos achats de fin d’année.”

Réduction des salaires des dirigeants

En l’échange de l’accord de ce prêt, le groupe a renoncé au versement des dividendes pour l’année en cours. Geste supplémentaire : Enrique Martinez, ainsi que les membres du conseil d’administration et comité exécutif, se sont engagés à réduire leurs salaires durant la période du confinement, tant que certains de leurs collaborateurs seraient au chômage partiel.

Le directeur-général espère pouvoir rembourser ce prêt le plus rapidement possible et plaide pour une annulation des loyers des locaux commerciaux. “On est complètement empêchés d’exercer une activité pour laquelle nous avons contractés des baux, donc le paiement des loyers me paraît complètement une hérésie”, assure-t-il. “Tout cela finira par une négociation entre les entreprises et les bailleurs, soit une seule négociation au niveau national soit au niveau de chaque enseigne.”

Une perte d’activité de 30% en mars 

Depuis le début du confinement, les sites internet de la Fnac et de Darty sont en forte progression. “Les clients ont besoin de nos produits”, assure Enrique Martinez. “Nous avons été très sollicités depuis le début du confinement pour des produits de première nécessité comme les ordinateurs mais aussi les produits du quotidien comme des machines à laver, des réfrigérateurs”. Si les ventes en ligne ont doublé, elles ne compensent pas l’absence de ventes physiques. “Pour le mois de mars, l’ensemble de l’activité a régressé de 30%”, résume-t-il.

Les annonces de prolongation du confinement ont néanmoins accéléré la demande sur les sites internet du groupe. “Tout le monde s’en doutait mais la confirmation du prolongement du confinement au moins jusqu’au 11 mai cela a invité les personnes à confirmer quelques commandes.”

La livraison et le dépannage assurés 

Face aux accusations qui jugeraient inutiles la vente d’électroménager en ligne, Enrique Martinez se défend. “Nous vendons des produits indispensables pour la vie”. Ordinateurs pour les cours en ligne et le télétravail, imprimantes pour imprimer ses attestations de sortie, produits du quotidien tombés en panne : “Les personnes en confinement ont besoin d’avoir recours à ces produits et qu’ils puissent être livrés et installés à domicile si nécessaire”, ajoute-t-il. Il assure que les conditions de sécurité et le dialogue social au sein du groupe sont respectés.

Concernant les livraisons et les opérations de réparation, il subsiste encore 500 interventions chaque jour pour dépanner des personnes, ayant besoin d’une intervention rapide, précise le directeur-général, dans le respect des mesures barrières. “Un grand nombre d’interventions ont réussi à se faire par téléphone, en guidant la réparation”, ajoute Enrique Martinez. “Mais nos équipes restent opérationnelles.”