24 août 2020

Plan de relance : “Si l’économie donne des signes de faiblesse, il faudra faire plus”

Pour l’économiste Jean Pisani-Ferry, invité d’Europe Soir, lundi, le gouvernement ne doit pas forcément se limiter au plan de relance de l’économie française, annoncé la semaine prochaine. Si l’offre et la demande restent déprimés, il faudra d’autres mesures de soutien, prévient-il.
INTERVIEW

Le gouvernement va abattre, la semaine prochaine, sa carte maîtresse pour tenter de relever une économie déprimée par la crise du coronavirus : un plan de relance d’un montant de 100 milliards d’euros et réparti dans plusieurs domaines. L’exécutif devra-t-il aller encore plus loin si l’électrochoc n’est pas suffisant ? “Si l’économie donne des signes de faiblesse, il faudra faire plus”, met en garde l’économiste Jean Pisani-Ferry, invité d’Europe Soir, lundi.

“On a eu une bonne dynamique de redémarrage de l’économie en mai et juin mais on sent que ça s’essouffle”, constate celui qui a bâti le programme économique d’Emmanuel Macron en 2017. “La consommation a bien redémarré mais elle se situe 7% en dessous du niveau normal. Est-ce qu’on continue à la rentrée ?”

“Double crise” de l’offre et de la demande

Selon Jean Pisani-Ferry, professeur à Sciences Po, la situation se caractérise donc par “une double crise, avec une demande qui n’est pas là et des entreprises qui ont énormément souffert”. De plus, “il y a des inquiétudes, avec le retour de difficultés sanitaires et une série de mauvaises nouvelles à venir. Il ne faut pas laisser cette dynamique se casser.” C’est la raison pour laquelle “il faudra faire plus si l’économie donne des signes de faiblesse”, d’après lui.