22 septembre 2020

22h20 - L'interview éco - Emmanuel Duteil
Pourquoi la SNCF lance un TGV low cost en Espagne

La SNCF va lancer son TGV low cost Ouigo en Espagne à partir de mars 2021. Alain Krakovitch, le directeur général de Voyages SNCF, a expliqué mardi sur Europe 1 les raisons de cette opération inédite pour la compagnie française.
INTERVIEW

La SNCF va exporter pour la première fois ses trains à grande vitesse à l’étranger. La compagnie ferroviaire a annoncé mardi le lancement de son TGV low cost Ouigo en Espagne à compter de mars 2021. La SNCF, qui a bénéficié de l’ouverture du marché espagnol, va proposer cinq aller-retours par jour sur la liaison Madrid-Saragosse-Tarragone-Barcelone, avant d’exploiter dans les mois suivants les liaisons Madrid-Valence et Madrid-Séville. Alain Krakovitch, le directeur général de Voyages SNCF, a détaillé cette opération mardi sur Europe 1, dans l’interview éco d’Emmanuel Duteil.
 

Le réseau à grande vitesse espagnol, l’un des plus vastes au monde

La SNCF a profité de l’ouverture du vaste marché ferroviaire espagnol, l’un des plus grands au monde pour les trains à grande vitesse. “L’Espagne a un superbe réseau à grande vitesse, en longueur de voies c’est le deuxième derrière la Chine. C’était pour nous une évidence de profiter de cette ouverture du marché”, a assuré Alain Krakovitch.

ENTENDU SUR EUROPE1 :
On a prévu que la moyenne de nos prix serait 50% plus basse que les prix actuels en Espagne
 

“L’Adif, l’administrateur de l’infrastructure espagnole, a mis en appel d’offres une augmentation de 60% de la capacité ferroviaire. C’est considérable et donc ça nous a semblé normal de venir sur ce marché.”

Un Ouigo semblable à celui lancé en France, mais avec un bar

Sur le modèle du Ouigo français, la SNCF va utiliser en Espagne 14 rames TGV duplex (à deux étages). Mais la compagnie ferroviaire va procéder à des ajustements pour s’adapter au marché espagnol, notamment en proposant un bar. 

“Ce ne sera pas exactement les mêmes rames, parce qu’on doit adapter des systèmes de sécurité pour pouvoir rouler en Espagne. On a aussi adapté nos trains à la demande espagnole : par exemple les Espagnols considèrent qu’il est absolument indispensable d’avoir un bar dans le train”, a détaillé le directeur général de Voyages SNCF.

Une stratégie de prix agressive

La SNCF va miser sur une stratégie de prix très agressive pour gagner des parts de marché en Espagne. “On a prévu que la moyenne de nos prix serait 50% plus basse que les prix actuels en Espagne. L’objectif, c’est vraiment une grande vitesse populaire, accessible à tous, mais aussi avec une grande qualité de service. On fait une offre de démarrage à 1 euro, c’est un signe fort que l’on veut donner. Les gens pourront s’inscrire dès cette semaine et quand les ventes ouvriront en novembre ils pourront avoir leur billet”, a expliqué Alain Krakovitch.

“On veut commencer sur Madrid-Barcelone. Après on ira à Valence et ensuite à Séville. Tout ça fera 15 allers-retours par jour, soit 30.000 places par jour. Notre ambition c’est évidemment de remplir le plus possible nos trains”, a conclu le directeur général de Voyages SNCF.