2 octobre 2020

Podcast Europe 1 Studio
Que pèse votre voix dans la démocratie actuelle ?


Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo

Depuis 1789, l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme énonce : “Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits”. Mais deux siècles plus tard, où en est-on ? Quand il s’agit de voter, où est passée l’égalité ? Dans le quatrième épisode du podcast “Les Éclaireurs” de Matthieu Belliard, le présentateur de la matinale d’Europe 1 tente de répondre à ces questions en compagnie de Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences Po Paris et auteure de plusieurs essais.

Et si nous prenions le temps d’écouter le monde changer ? Chaque vendredi, dans “Les Éclaireurs”, le nouveau podcast Europe 1 Studio, Matthieu Belliard donne la parole à des femmes et des hommes qui ont un regard neuf et éclairé sur les bouleversements du monde qui nous entoure. Pour ce quatrième épisode, le journaliste et présentateur de la matinale d’Europe 1 reçoit Julia Cagé, professeure d’économie à Sciences Po Paris et auteure de plusieurs essais.

Sommes-nous tous écoutés dans notre démocratie ? Quel est le poids d’une voix ? Que reste-t-il à inventer pour que nous ayons des élus à notre image ? Dans cet épisode, il sera question de clivages politiques qui se tendent, de mouvements qui explosent, comme celui des Gilets Jaunes, mais aussi du manque de représentativité de la classe politique. Et des solutions pour y remédier.

Trois idées à retenir pour prendre le temps d’écouter le monde changer 

Il faut se méfier du mot “populisme” (à écouter à partir de 6’24). “On a complètement articulé aujourd’hui notre débat public autour d’un face-à-face qui me paraît complètement faux qui serait un face-à-face entre le progressisme et le populisme. Le populisme, ça serait le peuple plein de passions tristes, là où le progressisme aurait absolument raison”. Pour Julia Cagé, le mot même “populisme” est “une catastrophe”. “L’usage de ce terme répété, de plus en plus, pose un problème parce que ça permet de tout mettre dans le même sac et d’éviter finalement d’entrer dans le fond des politiques publics. On va qualifier de populistes tout à la fois les électeurs de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon. Sauf que fondamentalement, il y a énormément de différences”, insiste-t-elle.

Avant de lancer un référendum, il faudrait organiser un débat de citoyens (à écouter à partir de 14’51). “En général, le référendum pose une question binaire à un problème dont la réponse est beaucoup plus complexe”, regrette Julia Cagé qui rappelle l’exemple du Brexit qui s’est soldé par un face-à-face entre les pros et les antis, sans discussion assez poussée sur la mise en place concrète des conditions d’une sortie de l’Union européenne pour la Grande-Bretagne. Pour Julia Cagé, il faut “pousser le référendum, notamment le référendum d’initiative populaire, mais en prenant en compte le fait que les questions que l’on pose ne peuvent pas être binaires. On peut tirer au sort 150 ou 200 citoyens qui vont avoir quelques mois pour débattre de ce référendum de manière transparente. Et ensuite, ils vont tirer de ce questionnement binaire, une ou plusieurs questions qui elles du coup ne sont plus binaires. Et c’est là-dessus que les citoyens vont ensuite aller voter”, propose-t-elle.

Des élus qui nous ressemblent, c’est la priorité ! (à écouter à partir de 18’22). “C’est une violence extrême qui est faite aux femmes, aux classes populaires et aux minorités de ne pas avoir d’élus à leur image”, insiste Julia Cagé. “Et pour les classes populaires, c’est même plus grave que ça : il y a quelques dizaines d’années, si je pense à la génération de mes grands-parents, eux n’avaient aucune chance d’accéder à des professions d’élus, de pouvoir. Mais ça ne leur posait pas de problèmes en soi parce qu’ils pouvaient le projeter sur leurs enfants ou leurs petits-enfants. Aujourd’hui, on se retrouve dans une situation où les classes populaires savent très bien que leurs enfants n’ont aucune chance de faire partie dans le futur de ceux qui vont décider. Il faut prendre ce problème à bras le corps”, explique-t-elle. Avant de proposer une réforme d’ampleur du système électoral, qui pourrait passer par des sanctions financières des partis non représentatifs,voire une invalidation de leurs élections.

“Les Éclaireurs” est un podcast Europe 1 studio

Présentation : Matthieu Belliard

Programmation : Marine Apruzzese

Réalisation : Jean Lénaff (avec Xavier Jolly)

Cheffe de projet édito : Fannie Rascle

Diffusion et édition : Clémence Olivier

Graphisme : Karelle Villais

Direction d’Europe 1 Studio : Olivier Lendresse

Archives : Service Documentation et Patrimoine

Références de l’épisode :

“Libres et égaux en voix”, Julia Cagé, Fayard

Extraits :

Manifestation de gilets jaunes, 2018, Frédéric Michel et Théo Maneval, Europe 1

Organisation du Grand Débat, 2019, Pierre Herbulot et Jean-Gabriel Bourgeois, Europe 1

Lecture “Le sens de la politique”, Hannah Arendt, 1956

Déclaration d’Olivier Véran, juillet 2020