2 décembre 2020

18h-20h- Europe Soir - Julian Bugier
Romain Grosjean, miraculé après son grave accident de Formule 1 : “J’ai vu la mort”

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo

Romain Grosjean, sorti sans graves blessures d’un accident impressionnant sur le circuit de Bahrein, dimanche, était l’invité exceptionnel d’Europe 1, mercredi. Le pilote de l’écurie Haas raconte son incroyable sauvetage et les émotions par lesquelles il est passé pendant ces quelques secondes où tout s’est joué.
TÉMOIGNAGE

Il en parle avec une voix presque légère, en décalage avec la gravité des images qui ont fait le tour du monde depuis trois jours : Romain Grosjean s’est confié, mercredi soir sur Europe 1, sur le grave accident qu’il a subi au début du Grand Prix de Bahrein, dimanche après-midi, lorsque sa monoplace a pris feu et laissé penser, l’espace de quelques instants, que le Français allait mourir. “J’ai vu la mort”, témoigne d’ailleurs le pilote miraculé au micro de Julian Bugier, qui retrace le fil de cette incroyable séquence.

“Besoin” de revoir les images

Tout juste sorti de l’hôpital, Romain Grosjean a depuis revu l’accident, qui lui a “seulement” laissé des brûlures aux mains. “J’avais besoin de voir de l’extérieur ce qui s’était passé, puisque de l’intérieur ce n’était pas clair”, explique-t-il.

Justement, qu’a-t-il vécu depuis l’intérieur de sa monoplace en feu ? “Au début, je n’ai pas réalisé qu’il y avait le feu, puisque je n’avais pas de feu dans le cockpit”, relate le Français. “J’ai essayé de sortir et je me suis rendu compte que j’étais bloqué par quelque chose, donc je me suis rassis. Je me suis dit que j’allais attendre qu’on vienne m’aider. Et puis j’ai regardé du côté gauche. Bizarrement, la lumière était orange, la visière était un peu bizarre… Là, j’ai compris qu’il y avait des flammes, donc j’ai voulu ressortir de la voiture en me disant que je n’avais pas le temps d’attendre. J’ai essayé à droite, j’ai essayé à gauche. C’était bloqué. Je me suis rassis. J’ai pensé à pas mal de choses, à Nikki Lauda notamment, dont l’accident est très connu dans le monde de la Formule 1. Il avait brûlé vif dans sa voiture et avait pu s’en sortir.”

“Les muscles se détendent”

Le temps passe et les secondes s’étirent, pour lui comme pour les téléspectateurs. “Pour moi, ces 28 secondes ont duré une minute et demie”, précise Romain Grosjean, qui garde un souvenir extrêmement précis de ces instants. “J’ai ensuite pensé que ça ne pouvait pas se terminer comme ça, que ça ne pouvait pas être la fin de ma carrière en Formule 1”, poursuit le pilote. “Il fallait que je sorte. J’ai réessayé et il y a eu un moment un peu moins drôle, puisque je me rends compte que je ne peux pas sortir, que les flammes sont là, que le feu commence à prendre. Là, j’ai vu la mort. Mon corps a commencé à se détendre.”