Podcast Europe 1 
SERIELAND Ep 38 : “The Good Lord Bird”, “Euphoria”, “The L Word”, “Please Like Me” et la représentation des LGBTQ+ dans les séries

SERIELAND RECO – Délicate, pailletée, un peu trash aussi…la série “Euphoria”, dont un épisode spécial sort le 25 janvier sur OCS, dépeint avec brio la génération Z et leurs questionnements notamment sur le genre. Comment les séries évoquent-elles les LGBTQ+ ? Et comment leur représentation a-t-elle évolué ? Dans cet épisode, Eva Roque ouvre le débat avec la journaliste sérivore Charlotte Blum et le directeur de la rédaction du magazine “Têtu”, Romain Burrel.

Il y a 16 ans, la série américaine The L Word défrayait la chronique en mettant en scène des héroïnes lesbiennes. Aujourd’hui de plus en plus de séries traitent de l’homosexualité mais aussi des personnes transgenres et non binaires. De Clara Sheller à Euphoria en passant par Les engagés, Skam, ou Please Like Me… Comment la représentation des LGBTQ+ a évolué dans les séries au fil des années ? Est-ce que les questions de genres ont toujours été bien posées ? Ces fictions qui libèrent les frontières de l’identité et de la sexualité ont-elles un rôle pédagogique et politique ? 

Dans cet épisode de SERIELAND, Eva Roque décrypte les séries qui s’emparent de ce sujet aux côtés de la journaliste sérivore Charlotte Blum et du directeur de la rédaction de Têtu, Romain Burrel. 

La reco de la semaine : Euphoria 

Adaptation de la série Israélienne du même nom, Euphoria raconte le parcours de Rue Bennett, lycéenne fraîchement sortie d’un centre de désintoxication et Jules Vaughn jeune femme transgenre. Autour d’elles gravitent une foule de lycéens, en proie à des questions identitaires, sexuelles et existentielles. 

Dans cette “teen série”, produite par le rappeur Drake, l’alcool coule à flot, la drogue circule et le sexe est omniprésent. Pourtant, la série évite de tomber dans une caricature de l’adolescence. Elle raconte avec finesse les questionnements d’une génération et aborde des sujets aussi variés que le consentement, la masculinité toxique et les injonctions de genres. La mise en scène soignée et pailletée est très réussie. Dans l’épisode 9, un épisode spécial sorti juste avant Noël, le créateur nous plonge même dans un tableau d’Edward Hopper. Quant à la bande son très rap et électro, elle est envoûtante. 

La chronique coulisses : All that glitters

On le sait peu, mais le premier personnage transgenre récurrent dans une série est apparu en 1977 dans All that glitters, une série américaine qui n’a jamais été diffusée en France. C’est Linda Gray, l’interprète de la célèbre Sue Ellen, la compagne de JR dans Dallas, qui campe le rôle. On vous raconte pourquoi. 

SERIELAND vous recommande aussi : The Good Lord Bird 

Inspirée d’une histoire vraie, la série est l’adaptation du roman L’oiseau du bon dieu de l’Américain James McBride. Elle nous emmène à la rencontre de John Brown interprété par Ethan Hawke (Bienvenue à Gattaca, Before Sunrise, Le cercle des poètes disparus), un homme pieux et enragé, pionnier du mouvement abolitionniste américain. On découvre sa lutte à travers les yeux d’Échalote, un jeune garçon noir, qui se fait passer pour une fille. 

C’est une série historique qui porte un regard intéressant sur l’identité, le genre du personnage Échalote mais plus largement sur l’identité d’une nation. La grande réussite de The Good Lord Bird est d’évoquer un sujet sombre, l’esclavage, avec beaucoup d’humour. Difficile en regardant la fiction de ne pas penser aux films de Quentin Tarantino ou des frères Coen.

1 saison, 7 épisodes de 52 minutes à voir sur My Canal. 

L’invité : 

Romain Burrel est le directeur de la rédaction du magazine Têtu. 

Le coup de cœur de l’invité : Love Victor

Victor, un lycéen d’origine hispanique, vient d’arriver dans un nouvel établissement. En plus de devoir s’intégrer et de faire face à ses problèmes familiaux, il s’interroge sur son orientation sexuelle. Simon, qui a déjà fait son coming-out, le soutient et l’aide à apaiser ses angoisses.

Love Victor est une série romantique qui fait du bien. Une love story adolescente qui laisse de côté les revendications politiques du milieu LGBT pour se centrer sur les questionnements identitaires des personnages. Elle aborde avec justesse la difficulté à se situer, à être sûr de son orientation sexuelle.  Pas encore diffusée en France, Love Victor est l’adaptation du film à succès Love Simon. 

Love Victor devrait être diffusée à la fin du mois de février sur Disney +. 

L’équipe de SERIELAND : 

Autrice et présentation : Eva Roque

Chroniqueuses : Margaux Baralon, Clémence Olivier

Réalisation : Christophe Pierrot

Cheffe de projet édito : Timothée Magot 

Diffusion et édition : Clémence Olivier, Salomé Journo

Préparation : Magali Butault

Graphisme : Karelle Villais

Direction d’Europe 1 Studio : Olivier Lendresse